Les taxis jaunes de Bogota

2/7/2011, 11:13:00 PM dans En direct de Colombie

Dans la capitale colombienne les taxis sont jaunes, comme celui de Mr Dussiflard dans Benoit Brisefer, mais la comparaison s'arrête là car il y a écrit 'service public' dessus (sur le taxi, pas sur Mr Dussiflard. Suivez un peu). Ils sont conduits par des créatures improbables tout droit surgis de Need for Speed ou assimilé. De véritables acrobates en deux dimensions.

Autant avoir l'estomac bien accroché car tous ne pratiquent pas l'accélération ou le freinage en douceur. On peut toujours attraper sa ceinture de sécurité, mais il n'y a jamais moyen de trouver l'embout dans lequel l'enclencher. Plus qu'à se caler comme on peut...

Heureusement, la vitesse n'est pas très élevée, et c'est probablement ce qui explique (ça ou la main de Dieu, mais en général on la trouve plutôt au foot, sur ce continent) qu'il y ait si peu de morts quand on voit motos ou piétons s'élancer gaillardement sur une chaussée fort encombrée et mouvante.

Au demeurant, la devise du chauffeur de taxi pourrait être: passer avant que ça ne soit plus possible. Ce qui n'implique pas, loin de là, de s'arrêter au feu rouge. Tant que ça passe...

taxis.JPG

D'un point de vue pratique, tout taxi doit mettre à disposition du client (généralement à l'arrière du siège passager) son accréditation. Elle comporte son nom, sa photo, son groupe sanguin (jusque là, je n'ai vu que des O+. Etonnant, non? Je continue l'enquête. C'est comme les casques des CRS hier: tous O+ aussi), et surtout, ce qui vous intéressera plus sauf si vous êtes un vampire, le coût de la course en fonction du nombre d'unités affichées au compteur. Ne pas hésiter à consulter ladite fiche: récemment, je me suis fait estamper de $1.100 (45 centimes mais c'est pour le principe) par un chauffeur fort sympathique et non moins indélicat.

Note pour les arrivants: à l'aéroport, s'adresser au guichet à droite en sortant. On vous remet un bon avec votre destination et le montant de la course, histoire de vous permettre un atterrissage en douceur.

Note pour les téméraires qui se lanceraient à conduire: pour forcer le passage, on sort sa main par la fenêtre pour dire 'je veux passer' (pour aller à droite, il faut un passager). Effet garanti quand le chauffeur de taxi devant vous sort une pince pouce-index parce qu'il a perdu les autres doigts. Peut-être une précédente tentative non transformée?