Premier scandale pour le nouveau président péruvien

Catégorie:

Le président élu Ollanta Humala doit faire face au premier scandale de son mandat avant même sa prise de fonctions. Son frère cadet Alexis s'est rendu en Russie où il a passé des accords engageant le prochain président. Il a été désavoué, mais ça fait désordre.

Sa parenté avec le prochain président lui est-elle montée à la tête, ou est-il le premier fusible à griller? Alexis Humala s'est rendu en Russie début juillet. Sur invitation des Russes, affirme-t-il. Sur initiative personnelle et au titre de son parti Gana Perú, en représentation de son frère, répondent les Russes.

copie-gazprom.jpgGênant, surtout lorsque l'on apprend au fil des jours qu'Alexis Humala ne s'est pas contenté de rencontrer le ministre russe des Affaires Etrangères et de parler accords sur les thèmes de la pêche, du gaz et du tourisme. Il a aussi rencontré le vice-ministre du Développement Economique et divers fonctionnaires du gouvernement avec lesquels il a été question de coopération dans le secteur minier, le pétrole et l'énergie nucléaire, ce que les Péruviens ont pu apprendre grâce à un communiqué sur le site du ministère russe. Soit dit en passant, leurs journalistes sont doués, parce que même en version anglaise, le site du gouvernement, c'est compliquéééé... (heureusement, sur le site de Gazprom, c'est plus facile à trouver: Humala est bien présenté comme le 'Special Representative of the President-elect of the Republic of Peru').

Comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, on a pu apprendre ensuite qu'il avait aussi rencontré le ministre de la Défense ainsi que des fonctionnaires de l'entreprise d'état Rosoboronexport, spécialisée dans l'export d'armement.

Le président élu, qui prendra ses fonctions le 28 juillet, a tardé à réagir et s'est contenté de faire savoir que son frère n'était pas mandaté par ses soins. Des propos sur lesquels, au vu de la tournure des événements, il devra peut-être revenir.