L'ALBA a son école militaire

Catégorie:

Le 31 mai dernier, le bloc régional de l'Alternative Bolivarienne pour les Amériques a inauguré en Bolivie une Ecole militaire qui portera le nom d'Ecole de Défense et de Souveraineté de l'ALBA.

La ministre de la Défense bolivienne, María Cecilia Chacón (a priori aucun lien de parenté avec son homologue espagnole Carme Chacón) a expliqué à BBC Mundo les objectifs de cette école: promouvoir l'intégration sur le continent, la défense de la vie, le rejet de la guerre et l'intégration des forces armées avec les citoyens (?).

On pense immédiatement à l'Ecole des Amériques, un centre de formation promu par les Etats-Unis à la grande époque, et dont le dernier élève célèbre récemment est le Hondurénien Romeo Vásquez. Au nombre de ses illustres prédécesseurs, citons Pinochet (Chili), Videla (Argentine), Stroessner (Paraguay)... Justement, expliquent et la ministre et TeleSur - le grand média de l'ALBA -, c'est le contraire.

L'institution a pour vocation de former des militaires (à la paix), des civils en général et des paysans et des Indiens en particulier sous la modalité d'éducation informelle. J'ai hâte de voir les modules d'enseignement.

Défendre la paix donc, mais contre personne. Enfin, tout de même, il s'agit aussi de défendre le bloc régional face aux menaces étrangères (TeleSur toujours). Rappelons qu'en 2009, lorsqu'Hugo Chávez avait lancé l'idée (alors rejetée), il était question de faire face aux menaces de l'Empire.

Toujours dans cette optique de défendre la paix, les ministres de la Défense annoncés pour l'inauguration étaient ceux de la Bolivie, de l'Equateur et du Venezuela, membres de l'ALBA, ainsi que de l'Iran, en sa qualité de grand ami de la paix, je présume. Finalement des dents ont grincé et le représentant iranien n'a pas assisté à l'événement - il se trouve que Ahmad Vahidi fait l'objet d'un mandat d'arrêt international, la justice argentine le tenant pour le co-reponsable idéologique de l'attentat de 1994 contre l'AMIA, une association juive, attentat qui a un peu fait 85 morts.

L'ALBA se dote donc d'un nouvel outil d'intégration, celui de la défense, après avoir créé sa monnaie commune, le sucre, et sa banque, de laquelle participent d'autres pays du sud.