La Candelaria derrière les murs

Tags:

Je n'aime pas Bogota, c'est un point acquis. Je trouve le quartier de la Candelaria, tout touristique qu'il soit, bien trop minéral - des murs, des trottoirs, de l'asphalte et des briques. En fait, il faut pouvoir entrer dans les maisons... et les jardins. Surtout les jardins. Et les ateliers d'artiste aussi.

Ca c'est un billet pour vous faire baver parce que même en venant à Bogota, il n'y a que très peu de chances pour que vous accédiez au petit bijou que j'ai eu la chance de voir cet après-midi.

Tout a commencé avec une réunion à l'Institut Districtal de Récréation et du Sport, le même où j'ai déposé il y a une semaine une série de questions pour lesquelles j'attends la réponse. Aujourd'hui, je suis entrée accompagnée par un membre de l'Association Bogotane d'Ornithologie et personne ne m'a rien demandé, et surtout pas de repasser ou d'attendre-et-on-vous-écrira(ou-pas).

Ladite réunion était un point de cadrage sur un projet récréatif d'observation d'oiseaux. Fort instructive au demeurant, j'aimerais pouvoir vous en glisser un mot à l'occasion. J'y ai rencontré un petit bonhomme avec de faux airs de Dustin Hoffman, notamment quand il se plantait, la tête de biais et coiffée d'un bonnet, devant chacune des affiches promotionnelles de l'IDRD.

Le petit bonhomme en question est Jenaro Mejia, artiste, aquarelliste, peintre à l'huile, concepteur en 3D et j'en passe. Il vit depuis 35 ans dans un lieu qu'il a transformé, avec son associé l'architecte Simon Vélez - LE spécialiste de la construction en bambou local, la guadua - en paradis caché de 2.000 m2 entre les rues bruyantes du quartier.

D'abord, une porte en métal, couverte de tags, comme tant d'autres dans La Candelaria. On est passés devant pas plus tard qu'hier sans même la regarder. Elle ouvre sur un étroit passage bordé de plantes des deux côtés. Le pavage irrégulier au sol date de la colonie: le chemin menait alors vers des jardins potagers.

On débouche ensuite sur un jardin où une courette carrée surplombée de deux piliers anciens voisine avec un bassin (il y a eu des grenouilles mais elles n'ont pas survécu). L'atelier est au premier étage de la maison, avec d'immenses baies vitrées: vue sur Monserrate au nord, sur la ville à l'ouest, mais coupé des voisins par des arbres où chantent les oiseaux (vu 2 tangaras en 15 secondes!). L'atelier est visible sur cette vidéo mais l'aménagement en a changé. Ca vous permet de vous faire une idée quand même.

Le reste de la propriété est composé d'autres maisons aussi biscornues et ouvertes sur la verdure, habitées par Simon Velez et sa famille. On y accède en passant au-dessus d'une toute petite mare, sous des grands arbres, par un sentier, et on ressort dans une rue perpendiculaire.

Et tout cela est absolument magique. Sous cet angle, je pense que l'on peut aimer la Candelaria.

Voir le site de la fondation En Peligro Critico avec les derniers travaux de Jenaro Mejia pour la préservation de la biodiversité (bah si, y'avait un rapport avec mon boulot).