De la burocratie colombienne

Tags:

La dernière fois, j'en avais parlé en petit comité. Mais là, on atteint des sommets, ça vaut bien un billet. Vous, ça vous fera rigoler cinq minutes, et moi ça me défoulera un peu. Le slogan de la ville? Bogota positive pour mieux vivre.

Je vous avais déjà raconté comment mon camarade Pierre avait dû retourner aux services de l'immigration pour faire prolonger son visa, parce que nulle part il n'est indiqué que la prolongation ne peut se faire que dans les 48h ouvrables précédent l'expiration. Bilan de l'opération: 2 fois 6h perdues.

Dans le cadre de mon mémoire de Master 2, j'ai aussi affaire à des institutions. Avec plein de majuscules tellement elles sont instituées, rigides, et pas plus efficaces pour autant.

Il y a quelque temps j'ai voulu recueillir des informations auprès du Jardin Botanique. Par téléphone, on m'a passé la personne qui connaissait le mieux le projet qui m'intéressait; mais pour des raisons de politique interne (récent changement de directeur) elle venait de se voir retirer la direction dudit projet. Pour obtenir les informations dont j'avais besoin, elle m'a aimablement expliqué le cheminement:

- faire un joli courrier adressé au directeur de la composante (signé par le prof, c'est mieux) pour expliquer ce que je voulais
- faxer ledit joli courrier
- attendre la réponse (compter 8 jours)

Bon, déjà le coup du fax, à l'heure du mail, ça m'avait un peu énervée. Mais bon; j'ai fini par faire, et par obtenir (après les 8 jours réglementaires) une réponse (par mail, au passage, mais privé, pas institutionnel) de la personne à voir.

Il faut aussi, et ça fait un moment que ça traine, que je m'adresse à l'Institut Districtal (=de Bogota) de Récréation et du Sport. J'y suis déjà allée une fois, au tout début de mon séjour, on m'a fait rentrer et on m'a promenée de bureau en bureau. Je ne peux pas dire que ça ait été grandement folichon mais j'en suis repartie avec les infos dont j'avais besoin à l'époque.

Là, il faut que je fasse un courrier à la chef avec mes questions, et copie à la sous-chef ou je ne sais qui. Puis je dois APPORTER ces lettres à l'Institut (compter 45' de taxi, ou 45' de bus + 20 de marche à pied pour payer sensiblement 8 fois moins cher - aller simple, bien sûr).

Je laisse mes lettres, et on me recontactera.

J'ai demandé pour un fax; au point de sous-développement atteint, je ne parle même plus de mails. Non, il faut que je me déplace.

Je vous aime bien tous, les gars. Vos infos ont salement intérêt à m'être utiles.