Amérique Centrale: l'énergie verte des volcans

Catégorie:

L'Amérique du sud du Rio Grande a l'inestimable honneur d'héberger un sixième des volcans actifs du monde. Et eux ne sont pas sensibles aux phénomènes climatiques: autant s'en servir pour produire de l'électricité.

Comme nombre de pays pauvres, ceux d'Amérique Centrale ont construit des centrales hydroélectriques. Lesquelles produisent une énergie renouvelable, certes, mais au prix de vallées ennoyées et de populations déplacées. Généralement, les locaux n'aiment pas.

En prime, ça coûte cher à remettre en état quand il vous passe un ouragan tous les trois matins, ou qu'un séisme vient secouer les installations. Et pour peu qu'il ne pleuve pas, comme cette année, c'est la panne assurée.

Ajoutez à cela qu'il y a parfois des souvenirs douloureux. Un exemple: Guatemala, fleuve Chixoy, 1978. Les populations protestent contre la construction d'un barrage hydroélectrique qui doit déplacer des milliers de personnes. Fallait pas: c'est la guerre civile, bilan: des centaines de morts. Le Taser n'existait pas, à l'époque.

Alors qu'on n'a pas souvenir d'exécutions par immersion dans le magma, ce qui est somme toute surprenant, parce que ça ne coûte pas cher et que ça laisse très peu de traces. Une idée à creuser au Honduras?

Donc la géothermie fait briller les yeux des investisseurs. Le magma est proche de la surface - c'est rien de le dire...- et lui est d'une certaine constance (sauf bien sûr quand il déborde). Le Guatemala compte bien produire grâce à lui le tiers de son électricité en 2020. Le Salvador lui doit déjà 20% de la sienne. Le Costa Rica possède une puissance installée de 152 MW générée par 4 centrales, 3 autres sont prévues. Le Nicaragua est à 66 MW et envisage d'atteindre 166.

América Economía