Les lectures (culturelles) de l'été

Catégorie:

Début juillet, j'ai dévalisé le rayon Amérique Latine de la BU de Sciences Sociales à Rennes 2. Vous connaissez déjà mon opinion sur le Theysset. Point sur quelques autres publications.

J'ai mis le temps mais je l'ai (presque) fini! Le Honduras, Difficile émergence d'une nation, d'un Etat, d'André-Marcel d'Ans, chez Karthala. Autant que vous le sachiez: c'est long, et ça finit mal. Mais c'est extrêmement intéressant et j'ai bien aimé le style de l'auteur. Le sous-titre aurait aussi pu être: pourquoi le Honduras attend toujours une raison de croire en son avenir. Ça s'arrête dans les années 90, mais on connaît la suite, et c'est pas franchement mieux.

Problèmes d'Amérique Latine: cette revue trimestrielle présente différentes communications autour d'un thème. C'est en général très fouillé, parfois ardu, et ça met les idées bien en place. Je me suis plongée dans le numéro intitulé Amérique Latine, conflits et environnement, qui évoque entre autres le conflit de Botnia, l'initiative Yasuní et le soja dans le Cône Sud: certains de mes thèmes de prédilection (rien sur les glaciers mais sûrement dans un prochain numéro!!). Où l'on confirme l'impression qu'un conflit environnemental est en fait avant tout un conflit d'autre chose; et que l'on ne cherche pas à protéger l'environnement pour lui-même ni éventuellement la survie des générations futures, mais bien pour sa qualité de vie et son confort personnels.

Pour remplacer le Theysset, j'ai consulté un autre ouvrage de géopolitique: Géopolitique de l'Amérique latine, de François Thual, chez Economica. Là, pas d'erreur sur les noms, pas d'interprétation abusive des réalités, ou alors je suis passée à côté; c'est globalement carré, à l'exception d'un sous-chapitre baladeur, celui sur les nationalismes (qui n'est pas dans le bon chapitre dans mon édition). Pensez à consulter les cartes à la fin: elles ne sont pas signalées au cours du texte mais elles aident bigrement à s'y retrouver. Deux heures de lecture et deux pages de notes: on saisit bien les grandes lignes que l'auteur met en avant. Inconvénient: c'est de 1996. Par contre, on trouve du même auteur, chez Ellipses, un Abrégé de géopolitique de l'Amérique Latine qui, logiquement, devrait en être la version mise à jour (publié en 2006).

J'ai attaqué aussi un bouquin au titre consensuel et ultra-tendance dans le microcosme: Amérique du Sud: les démocraties inachevées, d'Alvaro Artigas, chez Armand Colin, 2005, et La fleur du café, Caféiculteurs de l'Amérique hispanophone, dir. Jean-Christian Thulet et Jacques Gilard, chez Karthala, plus sympa à lire mais c'est le sujet qui veut ça. Je vous tiendrai au courant.