C'est nous qu'on est les plus forts en lithium

Catégorie:

C'est en substance ce que la Bolivie s'évertue à rappeler aux investisseurs étrangers potentiels, alors qu'un rapport états-unien signale l'Afghanistan comme centre privilégié de cette ressource, et ça tombe bien dis donc, on a déjà du monde sur place old chap, quel bol.

Maintenant qu'on en cherche un peu partout, du lithium, on commence à en trouver. Même dans le sous-sol de la Méditerranée, qui serait un gisement conséquent quoique sous-marin et donc un peu coton à exploiter, mais pas tellement plus après tout qu'un lac de sel séché à plusieurs milliers de mètres d'altitude avec zéro infrastructure autour.

Parallèlement, le gouvernement bolivien prétend toujours obtenir des conditions justes et équitables pour l'exploitation de ses ressources, catégorie 'Potosi, c'est fini' (les mines de Potosi ayant alimenté l'Espagne en argent pendant toute la période coloniale).

Et les négociations n'aboutissent pas. A croire que les investisseurs étrangers ne sont pas prêts à passer un accord gagnant- gagnant qui le serait un peu moins pour eux.

Et les recherches continuent: on a trouvé du lithium au Mexique, un accord d'exploration et d'exploitation vient d'être passé en Argentine, maintenant l'Afghanistan...

Il est donc urgent - mais sera-ce suffisant? - pour la Bolivie de communiquer sur la qualité et surtout la quantité (9 millions de tonnes, disent-ils) de ses ressources, en taclant au passage l'étude sur l'Afghanistan.