L'Amérique du Sud a la banane

Catégorie:

L'Union Européenne et l'Amérique du Sud ont enfin trouvé un accord sur l'importation de bananes: les droits de douane vont progressivement baisser à la frontière européenne. La zone ACP s'inquiète de cette concurrence qui sera prochainement meilleur marché.

C'est en 1993 que l'Equateur a porté devant le GATT la question des barrières douanières mises en place par l'UE pour protéger ses zones productrices, particulièrement les Canaries, la Guadeloupe et la Martinique, et pour favoriser ses anciennes colonies ACP. En 2007, le marché européen a été alimenté à hauteur de 700.000 tonnes par ses propres producteurs (essentiellement Canariens et, à la marge, Grecs), de 800.000 tonnes par les pays ACP, et de 3.5 millions de tonnes par l'Amérique Latine.

En 1995, les Etats-Unis (qui ne sont pas producteurs sur leurs sol mais dont certaines entreprises ont une longue tradition dans la banane), le Mexique, le Guatemala et le Honduras se joignent à l'Equateur et portent la réclamation devant l'organe de règlement des différends de la toute nouvelle OMC.

Depuis, celle-ci a rendu 9 jugements en défaveur de l'Union Européenne, et cette dernière a dû ouvrir peu à peu son marché. Elle accepterait désormais un accord qui abaisserait progressivement les droits de douane de 176€ la tonne (situation actuelle) à 114€ en 2017, avec un premier palier à 148€ dès l'entrée en vigueur de l'accord.

Lequel accord est vigoureusement rejeté par les pays ACP, inquiets de la concurrence renforcée sur le marché européen. Ils demandent donc à l'Union Européenne un demi-milliard d'euros de compensations entre 2010 et 2013; l'UE propose 200 millions à répartir entre 11 pays producteurs jouissant jusqu'à présent d'accords préférentiels. Les producteurs soulignent les conditions salariales et environnementales latinoaméricaines, largement inférieurs aux conditions notamment en Martinique et Guadeloupe, et qui expliquent la différence des coûts de production.

Un accord spécifique avec les trois poids lourds du secteur: les étatsuniennes Chiquita (ex-United Fruit Company, un pilier de l'histoire latinoaméricaine), Del Monte et Dole, un temps évoqué, n'est plus à l'ordre du jour. Produites en Amérique Latine, les bananes étasuniennes seront logées à la même enseigne.