L'Amérique du sud en panne d'électricité

Catégorie:

Restrictions programmées en Equateur, coupures surprises au Venezuela et chute du réseau dans 18 Etats du Brésil: les phénomènes météorologiques ont des effets sur la production électrique. Et mettent en avant un défaut d'investissement pour entretenir installations et réseaux.

Si les coupures programmées ou non en Equateur et au Venezuela ont pour cause la sécheresse, et partant, le manque d'eau pour faire tourner les turbines des centrales hydroélectriques, la méga coupure de mardi soir au Brésil serait due, d'après le gouvernement, à une tempête qui aurait fait 'tomber' trois lignes reliées à la centrale d'Itaipú. Laquelle a cessé de fonctionner pour la première fois depuis sa mise en service.

Le Paraguay a également été touché par une coupure liée à Itaipú mais l'électricité est revenue plus vite. Pourtant, si le pays ne consomme que 10% de l'énergie du barrage hydroélectrique (alors que le Brésil utilise les 90% restants), Itaipú couvre 87% des besoins paraguayens (et 19% de la demande brésilienne). Et l'autre grand barrage hydroélectrique, Yacyretá (argentino-paraguayenne, situé sur le Paraná) a également cessé de fonctionner, sans que l'on n'ait trouvé d'explication logique jusqu'à présent.

La coupure au Paraguay n'a pourtant pas duré plus d'une quinzaine de minutes alors que les Brésiliens se sont retrouvés dans le noir pendant plusieurs heures, avec des conséquences en chaîne: sur les aéroports, les métros, les hôpitaux, mais aussi les feux de circulation, les usines de traitement de l'eau... Nombreux sont ceux au Brésil qui ne croient pas à la cause météorologique et, alors que les élections approchent, la polémique sur la cause réelle de la coupure est en train d'enfler.

BBC Mundo consacre un long article à la crise énergétique sudaméricaine.