Le Venezuela manque de tout

Catégorie:

... sauf Chávez qui ne manque pas d'air. Le pays, riche en ressources hydriques et énergétiques, est confronté à des coupures d'eau et d'électricité. Il y a des mois qu'il est difficile d'y trouver certaines denrées alimentaires. Et les voitures d'occasion sont un bien précieux.

Le rationnement en eau a débuté à Caracas, la capitale. Jusqu'à la saison des pluies (qui débute vers mai), les coupures d'eau pourront durer jusqu'à 48h chaque semaine. Là où le gouvernement parle de l'incidence du phénomène climatique El Niño et indique que 2009 est l'année la plus sèche depuis 1947, les opposants font valoir le manque d'investissement public. Mêmes reproches pour les coupures d'électricité, alors que 75% de celle-ci est produite par des barrages hydroélectriques (au moins, ça n'explose pas en balançant des atomes partout...). Chávez pour sa part accuse les manifestants de gaspiller l'énergie.

Il y a quelques mois, c'était le lait et la viande qui manquaient. Le gouvernement avait instauré pour ces denrées un prix plafond afin que la population même pauvre puisse y avoir accès. Les producteurs avaient alors dénoncé un prix inférieur au coût de revient... et réduit leur production. Suite à quoi, pour faire face à la pénurie, les pouvoirs publics avaient lancé une vague d'importation depuis la Colombie (avec laquelle, depuis, le Venezuela est en net froid). La production nationale aurait repris et la Fédération des Eleveurs garantit qu'il n'y aura pas de rupture de l'approvisionnement pour décembre (ils ne disent rien de novembre, par contre). L'autosuffisance est prévue pour 2015, excusez du peu.

Enfin, Courrier International reprenait en juin un article du Guardian (mais peut-on faire confiance à un journal impérialiste, dirait Chávez) sur le marché des voitures d'occasion. La production de voitures vénézuéliennes est très faible, disait l'article, et les importations ont été limitées pour laisser sa chance à la production nationale. La liste d'attente pour obtenir une voiture neuve est de près de deux ans. Les voitures d'occasion s'arracheraient donc à prix d'or... si leurs propriétaires pouvaient s'en passer! Il n'y a donc presque pas de voitures à vendre,

Voilà ce que l'on peut lire dans un certain nombre de médias... Romain, je compte sur vous pour développer une analyse différente!