Sucre, lithium, pétrole, même combat

Catégorie:

Tout est en train de se convertir en 'nouveau pétrole', si l'on en croit la presse. Aujourd'hui c'est le sucre, dont l'envolée des prix se confirme.

Nous avons déjà eu l'occasion d'en parler ici: le prix du sucre augmente, et la spéculation bat son plein.

Les investisseurs vont pouvoir aussi surveiller le blé: l'Argentine en exportera probablement peu, d'une part à cause des mauvaises conditions météorologiques (de récentes pluies remontent le moral du secteur agricole, qui du coup peut s'inquiéter des gelées prochainement prévues), d'autre part en réaction aux retenciones, ces impôts à l'exportation imposés par la présidente Cristina Kirchner et qui ont provoqué l'an dernier des manifestations, coupures de routes et autres blocages pendant des mois. Les impôts sur le blé exporté atteignent 23%. Au tout nouveau Ministère de l'Agriculture, de l'Elevage, de la Pêche et de l'Alimentation, une réunion a eu lieu hier entre le ministre et les représentants du secteur agricole.

Parallèlement, le Brésil, traditionnel exportateur de blé (et importateur de blé étasunien) va devoir revoir sa stratégie: de récents chargements de blés en provenance des Etats-Unis ayant été contaminés par une toxine végétale, le pays va probablement se décider à conserver une partie plus importante de sa production pour satisfaire la demande interne.

Moins de blé argentin et brésilien sur le marché international, du blé étasunien sous surveillance: certes, les stocks mondiaux regonflent depuis un an, mais la situation peut rapidement évoluer.