Touche pas à mon eau

Catégorie:

Le Nicaragua va draguer le lit du fleuve San Juan, pour partie frontalier du Costa Rica, histoire de récupérer les 1.700 mètres cubes/seconde d'eau que lui vole son voisin depuis 1950, en ayant réalisé des travaux sur le lit du fleuve Colorado, qui se sépare du fleuve San Juan pour entrer au Costa Rica. Mais on peut penser que cette décision n'est pas étrangère au projet du Nicaragua de construire son propre canal interocéanique, projet annoncé (à nouveau, certes... c'est le serpent de mer, voir le projet de 2006) il y a quelques mois.

C'est La Nación (Costa Rica) qui rapporte cette information: les autorités nicaraguayennes ont annoncé leur intention de draguer le fleuve San Juan, parce que des travaux 'soit disant' (précise La Nación) menés au Costa Rica entre 1945 et 1950 sur le fleuve Colorado auraient détourné une bonne partie du débit du San Juan.

L'opération, nommée 'Nous récupérons nos eaux' et qui débutera fin septembre, concernera les 33 kilomètres qui vont de la divergence des deux fleuves à l'embouchure du San Juan. Les autorités profitent de l'occasion pour indiquer que le Costa Rica n'aura rien à débourser car la navigation sur ce fleuve est sous souveraineté nicaraguayenne, selon un arrêt de la Cour Internationale de Justice de La Haye (laquelle travaille en ce moment sur la question de l'usine de pâte à papier Botnia, sur le fleuve Uruguay, encore un grand motif d'amitié entre les peuples).

Il paraît évident que ces travaux pourront trouver leur utilité dans un mégaprojet de canal, puisque le fleuve San Juan est issu du très grand lac Nicaragua ou Cocibolca (8.600 km2, le second plus grand lac d'Amérique), lui-même séparé du Pacifique par l'isthme de Rivas, de 14 km de large. Toute la beauté de la chose réside dans la prétention de creuser le canal tout en préservant l'environnement, et notamment les espèces spécifiques au Grand Lac. Le projet actuel est soutenu par la Russie, qui en finançant le projet 'payerait' le Nicaragua d'avoir reconnu l'indépendance des deux provinces séparatistes géorgiennes d'Ossétie du Sud et d'Abkhazie.