Pérou 1, Bolivie 0: les concours de beauté n'adoucissent pas les moeurs

Catégorie:

L'heure est grave. Les relations boliviano-péruviennes sont en danger. Le conflit régional guette et le moment approche où la médiation internationale deviendra inévitable (on suggère d'ailleurs de la confier à Mel Zelaya, qui doit un peu s'ennuyer, en ce moment). Miss Pérou a-t-elle usurpé un costume typiquement bolivien pour l'élection de Miss Univers?

Depuis bientôt trois semaines, le Pérou et la Bolivie crêpent le chignon de la future Miss Univers pour une histoire de défilé en costume traditionnel: la Bolivie accuse le Pérou d'avoir utilisé un costume correspondant à une tradition bolivienne, le Pérou répond qu'il s'agit d'une tradition andine, donc commune, et la Bolivie rétorque qu'elle portera l'affaire, s'il le faut, devant le Tribunal International de La Haye.

Encore, elle finirait à une place ridicule, Miss Pérou et son costume de diablesse, mais elle est très bien placée dans les votes des internautes! Et c'est probablement là qu'est l'os. D'où la farouche prise de position du Ministre des Cultures, qui parle de défense de la propriété intellectuelle et culturelle, rien de moins; pour la fraternité entre les peuples originels, voyez le ministère d'à côté.

Et on ne lésine pas sur les moyens quand l'honneur national est en jeu. En une du site du Ministère, deux vidéos et trois articles, dont un appel à la mobilisation: la danse de La Diablada sera bolivienne ou ne sera pas! La participation active de la population est requise, comme chaque fois que l'honneur national, etc. etc., et si vous ne me croyez pas retournez donc voir la bataille engagée en 2007 contre la décision de la Fédération Internationale de Football d'interdire les matchs internationaux dans les stades trop haut perchés dans les montagnes!

En conséquence de quoi, La Diablada a été dansée par des centaines de personnes hier jeudi, à La Paz, sous l'égide du vice-président (le président étant retenu ailleurs dans le pays, il doit préférer le foot à la danse). Le ministre a également annoncé une exposition et un colloque international sur cette tradition, et un spot est diffusé à l'intention des étrangers, afin qu'ils n'aillent pas confondre les diaboliques torchons péruviens et les infernales serviettes boliviennes.

Le point de vue des historiens est que l'origine de la danse est antérieure à la création des deux pays, et qu'en conséquence les deux peuvent la revendiquer. Mais peut-on faire confiance à des historiens interviewés à Lima? Pour se défendre, les Péruviens ont d'ailleurs eu une idée géniale: dénoncer le Chili qui a utilisé le costume en 1983. Qu'est-ce qu'on rigole dans les Andes!

NB. On se moque mais il n'y a pas que l'Amérique Latine à être en émoi. Le Japon aussi, au vu du mini-kimono de sa candidate! Ah bah c'est la crise, et puis y'a eu un typhon...