Sale temps pour le café sucré

Catégorie:

Après le café, c'est le sucre dont les cours sont en train de monter. Pour l'essentiel, la météo et pour une partie, les biocarburants en cause. Et pourquoi ne pas enfin passer à la stevia?

D'après BBC Mundo dans un article daté d'hier (mais l'information est relayée par l'AFP et on la trouvait déjà dans Les Echos), le prix du sucre atteint en ce moment des prix inégalés depuis 3 ans.

C'est que le Brésil, premier producteur et premier exportateur mondial, a vu sa production baisser cette année en raison des pluies intenses qui ont touché le pays. Quant à l'Inde, deuxième producteur et premier importateur mondial, elle devrait cette année importer davantage car c'est la sécheresse (la mousson est arrivé tardivement) qui a affecté son rendement. Le prix du sucre a donc déjà augmenté de 80% depuis le début de l'année.

En outre, les stocks mondiaux ne seraient que de 20 millions de tonnes, bien inférieurs à ce qu'estiment la plupart des analystes, si l'on en croit l'appréciation de la maison de courtage Czarnikow.

Cette réévaluation du prix du sucre amènera peut-être le Brésil a privilégier le raffinage de sa canne à sucre plutôt que son exploitation sous forme de bioéthanol, qui absorbe à présent près de la moitié de la production (et comme on brûle toujours les champs avant de récolter la canne, les économies de gaz à effet de serre réalisées en n'utilisant pas de pétrole sont plus que largement compensées... passons. Le gouvernement brésilien compte avoir convaincu les agriculteurs pour 2030 qu'avec les machines, ça ne sert plus à rien de brûler pour récolter). On se souvient que la décision des Etats-Unis de produire du biocarburant à base de maïs avait provoqué la crise de la tortilla, une hausse spectaculaire du prix du maïs, aliment de base, au Mexique, au début de l'année 2007.

En tout cas, rien à craindre pour nous: la hausse du prix du sucre s'arrête aux frontières de l'Union Européenne, mais si, mais si. Et contrairement au battement d'ailes d'un papillon quelque part au Cambodge qui peut vous provoquer une tempête ailleurs (ça me rappelle une chanson?!), chez nous, promis, juré, craché et c'est çui qui l'dit qui y est: le système sucrier européen nous met à l'abri des augmentations. '... l'Union Européenne est en bonne partie à l'abri. La Commission fixe un prix de référence qui permet une stabilisation des prix,' nous dit par exemple la RTBF. J'ai beau chercher des articles plus explicites, je n'ai toujours pas compris pourquoi les producteurs de sucre seraient contents de vendre moins cher à l'UE, sauf à y être obligés par contrat, ou à être les obligés de la PAC quand les cours sont plus bas... un sujet à creuser (à la petite cuillère, Fred, bien sûr).

Aux Etats-Unis, la FDA a reconnu l'inocuité de la stevia, cette plante d'origine paraguayenne à très fort pouvoir sucrant, en décembre 2008. Au cours des 6 premiers mois de l'année, le pays a acquis un tiers de la production paraguayenne. L'Allemagne et le Luxembourg ont également autorisé la consommation alimentaire de cette plante. La France traîne les pieds: il ne faudrait pas fâcher les producteurs de betterave sucrière! Mais les choses avancent...