Circulez y'a rien à voir

Catégorie:

Alors que le président Zelaya s'est exprimé depuis le Costa Rica où il a été envoyé par les militaires qui l'ont arrêté, un grand nettoyage par le vide semble avoir commencé au Honduras.

Le procureur de la République l'avait annoncé: ceux qui organiseraient ou participeraient à la consultation jugée illégale seraient sanctionnés. Le maire de San Pedro Sula, la deuxième ville du pays, a donc été arrêté pour avoir permis la tenue du scrutin dans sa municipalité.

Par contre, je peine à comprendre en vertu de quoi les ambassadeurs de Cuba, du Nicaragua et du Venezuela ont été arrêtés, si l'on en croit Telesur (je sais, c'est une télé dangereusement révolutionnaire). Il y a un truc qui vaut à peu près partout, me semble-t-il, et qu'on appelle l'immunité diplomatique (et les copains des Iraniens, dans l'histoire, on les trouve plutôt au Venezuela que dans l'armée hondurienne).

Le président Zelaya a contacté la chaîne Telesur par téléphone depuis le Costa Rica et a dénoncé la trahison de l'armée. Il devait également donner une interview à CNN en espagnol. Bon, ses concitoyens ne la verront et ne l'entendront probablement pas: plusieurs chaînes de télévision et de radio ne diffusent plus que de la musique, depuis que des militaires sont allés faire un tour par là; et dans de nombreuses zones du pays il n'y a plus ni radio ni internet.

Le président du Congrès, Roberto Micheletti, aurait déjà prêté serment et assumera la charge de chef de l'Etat dans une heure (midi heure locale). Le Congrès décretera alors le couvre-feu.