ALBA Banana...

Catégorie:

Demain 24 juin, l'Equateur signera officiellement son intégration à l'Alternative Bolivarienne pour les Amériques, le processus d'intégration régionale lancé par Hugo Chávez et Fidel Castro en 2004 en réponse au projet états-uniens d'ALCA: Area de Libre Cambio de las Américas, Zone de Libre Echange des Amériques en français.

'L'Equateur ne sera plus jamais une république bananière', a déclaré il y a quelque temps son président Rafael Correa. La 'banana republic' latinoaméricaine est une référence historique: ce fut le destin de nombre de pays soumis aux intérêts des multinationales de production de la banane et en particulier de la Chiquita Brands (ex-United Fruit Company, de sinistre mémoire au Guatemala, même si elle donne à fond dans le développement durable maintenant avec des pubs rigolotes; une autre ici et ma préférée ).

Cette phrase inspire le titre de l'article de El Comercio, journal conservateur équatorien, pour annoncer la signature par Correa de l'acte d'entrée de son pays dans l'ALBA. Une entrée purement politique, puisque ses échanges avec ses 8 nouveaux partenaires ne représentent même pas 3% de son commerce extérieur; mais le gouvernement ne désespère pas d'une rapide progression de l'ALBA vers une masse critique suffisante pour que l'alliance soit intéressante. El Comercio revient sur les caractéristiques économiques des membres de l'ALBA, à l'exception d'Antigua et Barbuda, qui a pris la décision de son intégration après le bouclage des infographies.