C'est un débat entre intellectuels. Moi, je suis président.

Catégorie:

C'est presque aussi drôle que ce qu'on peut entendre en Europe (sur les gens très intelligents qui n'arrivent pas au 2ème tour), mais c'est du Chávez, contraint 'pour raisons techniques' d'interrompre le mégaprogramme Aló Presidente prévu pour durer 4 jours, ce week-end.

De 4 jours de 'telenovela por capítulos' - feuilleton par épisodes - le défi s'est tristement établi à deux jours, et encore, sans qu'aucun (8h de Chávez le jeudi, 6 heures le vendredi) ne vienne battre le record établi.

Les raisons techniques semblent plutôt en rapport avec le refus des intellectuels étrangers invités à débattre de se soumettre aux conditions du président. Un incident avait déjà éclaté lors de l'arrivée d'Álvaro Vargas Llosa, retenu deux heures à l'aéroport de Caracas. Le fils du Nobel de littérature venait intervenir dans un forum sur la liberté et la démocracie, à l'invitation d'une ONG proche du secteur entrepreneurial. Mario Vargas Llosa devant également prendre la parole dans ce contexte, Chávez lui a proposé (du jeudi pour le samedi) de participer à un débat entre intellectuels de droite et de gauche sur 'libéralisme et socialisme'. Lesdits intellectuels de droite (enfin, ceux qui avaient pu entrer sur le territoire) contre-proposant un débat entre Vargas Llosa (père) et Chávez, celui-ci a eu cette phrase admirable qui donne le titre de ce billet. Ajoutant aimablement qu'il ne jouait pas dans la même cour, ou plus exactement dans la même division de base-ball, sport national vénézuélien, Chávez a souligné ainsi que Vargas Llosa avait échoué à se faire élire président du Pérou en 1990, ce qui ne rajeunit personne. Cette année-là, Hugo Chávez devenait lieutenant-colonel et entamait à l'université Simon Bolivar une maîtrise de Sciences Politiques qu'il ne put mener à bien, puisqu'il participa en 1992 à une tentative de coup d'Etat qui lui vaudra deux ans de prison.

Juste pour la route, mon Aló Presidente préféré: celui dans lequel les Chávez Brothers (le frère aîné, Adán, est ministre de l'Education) annoncent le changement d'heure (en 2007, le Vénézuela a avancé son heure officielle de 30 minutes. Parce qu'il le vaut bien) pour le bénéfice des écoliers. C'était tellement clair que l'émission Noche Hache en a fait ses choux gras.

Au passage, Chávez a finalement été absent lors de la cérémonie de prise de pouvoir de Mauricio Funes, premier président de gauche au Salvador.