Du Viagra dans le football bolivien

Catégorie:

Quand l'équipe de Santa Cruz, 416 mètres d'altitude, joue à La Paz, dont le stade est à 3.577m, le staff médical fait absorber aux joueurs des pastilles de Viagra dans du jus de fruits. Méthode largement utilisée lors des matchs de la Coupe Libertadores en 2007 et 2008. Insuffisant de toute évidence pour que le Blooming de Sª Cruz gagne, et pas un mot sur les effets secondaires! Mais un élément de plus dans la bagarre entre La Paz et Santa Cruz.

La Bolivie comporte deux grandes zones géographiques: les montagnes et les plaines. Pour schématiser, zones de montagne plutôt pauvres, plutôt indiennes et plutôt en faveur du président aymara Evo Morales; plaines plutôt blanches, plutôt riches en hydrocarbures, complètement opposées au président et favorables à une très forte autonomie. La ville de Santa Cruz en est la figure de proue. Et comme on ne rigole pas non plus avec le foot - dont le président Morales est archi-fan -, tous les moyens sont bons pour améliorer ses aptitudes lorsqu'on va jouer à La Paz.

L'altitude du stade Hernando Siles est une question récurrente. En 2007, la FIFA cherchait déjà à interdire les matchs internationaux à plus de 2.500 mètres d'altitude. A l'époque, la mobilisation des pays andins (Colombie, Bolivie, Equateur et Pérou se seraient vus de fait 'interdits' de matchs) avait fait hésiter la FIFA. Mais le récent 6-1 infligé par l'équipe bolivienne aux albicelestes de Maradona lors des éliminatoires pour la Coupe du Monde 2010 (les meilleurs moments en video: ¡GOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOL de Bolivia!!) a fait ressortir le sujet et lors de la réunion du 19 mars à Zurich, la Commission Médicale de la FIFA a mis son véto aux matchs à une altitude supérieure à 2.750m, à moins d'une période d'adaptation de 3 à 7 jours avant le match; autant dire, impossible. Lire l'interview d'un des membres de la Commission dans le journal bolivien La Razón.

Va maintenant se poser l'utilisation que pourra faire l'autonomiste Santa Cruz de cette atteinte à l'honneur national, car elle pourrait accueillir un stade qui permette les matches internationaux.