Paraguay: procès politique pour le président Lugo

Catégorie:

Suite aux affrontements meurtriers du vendredi 15 juin entre policiers et paysans sans terre, le Congrès du Paraguay vient d'approuver par vote un procès politique contre le président en exercice, Fernando Lugo. 

Le président paraguayen ne dispose pas d'immunité au cours de son mandat, mais il ne peut être poursuivi en justice que si une majorité des deux tiers du Parlement en décide ainsi. Les motifs qui peuvent entraîner un procès politique sont: le mauvais exercice de la fonction, des délits commis dans l'exercice du mandat et des délits de droit commun, conformément à la Constitution de 1992 (Chapitre I, section VI, art. 225).

Dans le dernier cas - droit commun - le président tombe sous la juridiction de la justice ordinaire. Dans les deux premiers, la cour compétente est le Sénat, et l'acquittement ou la condamnation doit être adopté par une majorité des deux tiers. Si le président est déclaré coupable, le Sénat peut le destituer.

Ce n'est pas la première fois que l'opposition menace Lugo d'un procès politique - elle cherche le moyen de se débarrasser de lui au profit de son vice-président presque depuis sa prise de fonctions, il y a quatre ans - mais c'est la première fois que le Parlement vote sa mise en accusation, à la quasi unanimité de surcroît (76 voix pour, une contre, trois députés absents).

L'élection présidentielle paraguayenne a lieu dans dix mois.

Breaking news! Le procès a débuté hier jeudi à 18h15 heure locale, 22h15 GMT. La défense présentera ses arguments aujourd'hui à 18h heure française, le délibéré aura lieu à partir de 20h et l'arrêt est attendu à  22h30. Retrouvez le live-blogging des débats.