Le négoce de l'église évangélique au Brésil

Catégorie:

Des millions de clients - pardon, de fidèles -, des milliards de dollars brassés chaque année: l'Eglise Universelle du Royaume de Dieu est une multinationale prospère. Trois des ministres de ce culte ont été mis en examen au Brésil pour blanchiment d'argent: 235 millions de dollars qu'ils auraient fait passer pour des donations, rapporte BBC Mundo. En même temps, Dieu ne regarde pas l'origine du don, mais le geste, bien sûr.

De même que les fidèles n'ont pas à juger de l'usage que fait leur prédicateur des 10% de leurs revenus qu'ils doivent lui remettre au titre de la dîme.

Selon Mario René, professeur de Sciences de la Consommation à l'université ESPM, le marché de l'objet religieux - c'est fou tous les produits dérivés qu'on peut inventer - représenterait près de 7 milliards de dollars chaque année rien qu'au Brésil. Le gros du public cible sont les protestants évangéliques, même si on trouve encore un catholique de-ci de-là. L'évangélisme est en plein boom: représentant 9% de la population en 1991 - et le lobby était déjà puissant - les Brésiliens évangélistes sont maintenant près de 20%. Et ce pays n'est pas un phénomène isolé, même s'il peut se targuer d'avoir donné le jour à Emir Macedo, le fondateur de l'Eglise Universelle du Royaume de Dieu. Pour la petite histoire, celui-ci a été touché par la grâce alors qu'il était employé du loto aux Etats-Unis; une bien belle success story qui pourrait inspirer en ces temps de crise. Il est des trois poursuivis pour blanchiment, mais le seigneur est son berger, il ne risque rien. (Psaume 22 et suivants, affreux mécréants)

L'Eglise Universelle du Royaume de Dieu va donc se doter d'un signe extérieur de richesse temple permettant d'accueillir 13.000 de ses fidèles à Sao Paulo: le futur bâtiment, d'une hauteur de 18 étages, aura une emprise de 28.000m2 au sol. Au moins, ça va faire du boulot dans la construction. Le projet, qui coûtera 200 millions de dollars, sera financé par les dons; les heureux donataires verront leurs noms inscrits sur les colonnes du bâtiment, inspiré du Temple de Salomon à Jérusalem.

Je savais déjà les églises évangéliques multipropriétaires (radio, télés, éditions, centres commerciaux, cinémas): je découvre grâce à BBC Mundo qu'elles fournissent également des cartes de crédit, qu'elles ont provoqué la spécialisation en "ingéniérie religieuse" dans le BTP et qu'elles ont leurs salons: ExpoCristo et ExpoCrista.

Il est grand le mystère de la foi.

Sur le même sujet: Au Brésil, la religion, c'est une affaire