Le Mexique invente la carte de divorce pré-payée

Catégorie:

Tags:

Les couples du district fédéral de Mexico se voient proposer une offre de "divorce ultra-express": la carte prépayée. Le cabinet d'avocats qui la propose garantit un divorce rapide - en quatre étapes - pour l'équivalent de trois cents euros. Une affaire!

Mexico City compte plus de vingt millions d'habitants et le taux de divorce y monte lentement mais sûrement. D'autre part, la loi du District Fédéral adoptée en 2008 prévoit pour les couples mariés depuis plus d'un an et résidant dans l'état la modalité de "divorce express", c'est-à-dire sans motif particulier, et même si le divorce n'est sollicité que par l'un des conjoints.

Un marché à prendre, pour le cabinet Abogados Postulantes en Sociedad (ça sent le gros fake de jeunes avocats qui cherchent un cabinet d'accueil, quand même), qui vient d'imaginer un moyen séduisant de divorcer: la carte prépayée. Réservée aux cas "simples" - le cabinet en appelle à la "responsabilité" de ses clients -, elle est disponible dans certaines banques, le service de remise d'argent DineroMail et dans la chaîne de supermarchés Oxxo. A l'achat, le LiberaPass coûte deux cents pesos, soit 15€; c'est à l'inscription sur le site web que le solde du paiement - en tout, trois cents euros hors TVA - est fait.

Pour ce prix, le client obtient les services juridiques du cabinet pour une période d'un an maximum, dans l'optique de faire prononcer son divorce. Il peut suivre par internet l'avancement de son dossier, et poser ses questions sur la FAQ du site.

Les avantages sont énormes. Le marché aussi, et il ne se limite pas aux couples mariés souhaitant se séparer. On peut acheter la carte en allant faire ses courses. On peut l'offrir à un membre de sa famille ou à un/une ami(e): c'est recommandé par le site: "c'est une carte qui offre la liberté pour toi ou tes êtres chers, tu peux l'acquérir ou l'offrir à un ami, à un proche, un fiancé ou une fiancée, une fille..."

 Voire faire connaître discrètement et ô combien élégamment son penchant à une personne mariée. Qui sait.

Une fois la carte acquise, les étapes sont simples: activer le service sur internet dans les trente jours suivants l'achat et régler le solde; rassembler les documents nécessaires - un représentant du cabinet vient les chercher à domicile -; se présenter au tribunal pour y signer le divorce; et enfin recevoir à domicile le certificat d'état-civil. Coser y cantar, coudre et chanter, ce qui pour les hispanophones est "simple comme bonjour", si l'on en croit le cabinet.

Quel que soit l'avenir du service, c'est une belle opération de communication à moindre coût, avec son site délicieusement à l'ancienne, on se croirait dans l'épisode de Lucky Luke Le Daily Mail... On imagine à merveille l'offre pour la carte voisinant avec le conseil du jour: "pour que vos semelles durent plus longtemps, faites de plus grands pas".

Conférence de presse demain 24 avril. Quand même, j'ai du mal à y croire. Je vous tiendrai informés!

26/04: eh bien non. La conférence de presse a eu lieu et de nouvelles informations ont été données. Ce qui nous enseigne aussi qu'au Mexique, on peut tout à fait lancer un service (LiberaPass) sans que le site de l'entreprise soit opérationnel (http://abogadospostulantes.com/ ne répond toujours pas; d'après le cache Google, lorsqu'il était accessible, il était "en construction").