#IkiOra, la start-up de livraison en “1 heure chrono”

Catégorie:

Cette start-up espagnole qui veut révolutionner la logistique avec la livraison de produits du quotidien en moins d’une heure. Par Sabrine Benzarti et Efrain Ponce Salinas (L3 Economie et Gestion)

D’où vient-t-elle ?

Créée à Saragosse par Ángel Bondia, Isabel Velasco et Laura D’Accardi, ikiOra a pour principe de vous livrer tout ce que vous souhaitez en un temps limité où que vous soyez. Que vous ayez envie d’un repas, d’une pâtisserie ou encore besoin d’acheter un cadeau dans votre boutique préférée, ikiOra est là ! Le concept est implanté à Madrid et ses alentours. Il a pour but de rendre les courses plus faciles et de limiter vos déplacements. Le mot d’ordre parle de lui-même : « Tus deseos aquí y ahora » (Vos souhaits ici et maintenant). En phase avec la société de consommation actuelle, les créateurs ont voulu satisfaire le « Lo quiero Lo compro Lo tengo » (« Je le veux, Je l’achète, Je l’ai ») des habitants de la capitale espagnole.

Comment fonctionne-t-elle ?

Le principe est simple, que vous soyez à la maison, au travail ou encore chez des amis ; vous n’avez qu’à vous connecter sur le site ikiOra.es , vous créer un compte, puis vous laisser séduire par de nombreux produits en ligne.

Ensuite, deux options s’offrent à vous. Soit vous choisissez la rubrique qui vous permet de sélectionner vos produits parmi les catalogues des boutiques partenaires qui sont permanents. Les produits proposés sont ceux vendus directement en boutique, vous y trouverez donc les nouveautés du moment. Effectivement, n’importe quelle boutique physique de Madrid peut vendre ses produits avec ikiOra, dans la rubrique « vendre ». Dans ce cas, votre commande sera livrée en 90 minutes voire même une heure.

L’autre option possible pour vous, est de choisir le module « Demandez ce que vous voulez ». Celui-ci vous permet de commander dans la boutique de votre choix, en indiquant précisément où elle se trouve. Le délai de livraison peut être supérieur en choisissant cette option, cependant vous pouvez convenir de l’heure à laquelle vous souhaitez être livré. Après cela, vous n’avez plus qu’à valider votre commande, à laquelle s’ajoutent 5 euros de frais de port pour le service. Attention tout de même, vous ne pouvez pas cumuler plusieurs commandes dans différentes boutiques pour une même livraison.

Pour effectuer les 25 à 30 livraisons quotidiennes, ikiOra emploie environ 10 livreurs ou encore « runners », qui sillonnent la ville à bord de fourgons, motos ou vélos de 10 heures à 22 heures. Afin d’optimiser le temps, une application est mise à leur disposition afin de calculer l’itinéraire le plus rapide.

Comment est-elle financée ?

Les débuts de la start-up ont été difficiles, c’est pour cela que chacun des trois associés a investi 25 000 euros. Ensuite, ils ont effectué un premier tour de financement en Janvier 2014 auquel ont participé « Alantis Seed Capital et Enisa, qui dépendent du ministère de l’industrie ». D’autres investisseurs privés ont apporté leur concours. Au total, cela a permis à ikiOra de récolter 160 000 euros qui ont été dépensés en « technologie, marketing et autres opérations ».

De plus, lors du salon espagnol « Mi empresa » (« Mon entreprise ») organisé par MasterCard et Bankia les 17 et 18 Février 2015, ikiOra a été choisie comme le meilleur modèle de négoce. En récompense, elle s’est vue attribuer un prix de 3000 euros en gagnant le concours « Elevator Pitch ».

Et quelles ambitions pour demain ?

Initialement implantée dans des quartiers plutôt aisés à cause des frais de livraison relativement élevés ; IkiOra s’était spécialisée dans la livraison de produits de qualité en association avec des boutiques telle que Petra Mora. Étant donné la progression de la firme, ils sont en mesure de se tourner vers des quartiers plus populaires pour élargir les partenariats.

Le souhait d’ikiOra est de clore l’année 2015 avec un chiffre d’affaires de 600 000 euros.

L’objectif de la start-up est de s’implanter dans d’autres grandes villes espagnoles comme Barcelone à l’horizon 2016 ; voire même dans d’autres villes européennes comme Londres. D’ici là, la firme se concentre sur le deuxième tour de financement.