Cuba sans préservatifs

Catégorie:

Tags:

Cuba souffre périodiquement de pénuries. Alors que les pommes de terre font leur grand retour sur les étalages, ce sont les préservatifs qui manquent désormais dans les magasins. Dans la province de Santiago de Cuba, dans l'est du pays, ce produit est en rupture de stock depuis près de trois mois.

Pourtant, d'après la ENSUME (Empresa de Suministros Médicos), le plus gros distributeur (étatique, bien entendu) de fournitures médicales, point de rupture de stock: ses réserves comporteraient plus d'un million de préservatifs. Seulement, voilà, ces produits de fabrication chinoise et vendus sous la marque Momentos ont été mal étiquetés. La date limite de validité qu'ils affichent est 2012, alors qu'ils sont utilisables jusqu'en 2014, car ils ont une vie utile de 5 ans.

Ce qui veut tout de même dire, si je comprends bien, qu'ils ont été fabriqués en 2009.

Bref. Outre le fait que ce problème a été constaté dès 2012, et qu'on se demande un peu ce que l'entreprise a fait au cours des deux dernières années, ENSUME n'arrive à inscrire "décembre 2014" sur les emballages et à réempaqueter quotidiennement que 1.140 lots de trois préservatifs. Cela représente la mise sur le marché moins de 3.500 préservatifs par jour ouvrable pour une population de plus de 7 millions de personnes dans la tranche d'âge 15-59 ans.

Comme ladite pénurie est tout de même gênante pour la santé publique, entre risques d'infection par des MST et grossesses non désirées, une mesure radicale a été prise: les préservatifs seront distribués tels quels, avec leur date de 2012, et les vendeurs expliqueront aux clients qu'ils peuvent les utiliser jusqu'en décembre 2014.

Avec peut-être un bémol. La journaliste de BBC Mundo qui a réussi à acheter un lot de Momentos dans le cadre de son enquête a pu constater que la date limite indiquée était de 2012, certes, mais... avril. Autant dire que même avec deux ans de plus, ils ne sont plus très frais.