Brésil: choisir entre le Mondial et la souveraineté

Catégorie:

Le Mondial de foot 2014 aura lieu au Brésil. La FIFA a demandé au pays hôte de suspendre certaines de ses lois, qui pourraient faire baisser les bénéfices attendus. La présidente Dilma Rousseff recontrera le président de la FIFA demain lundi pour en discuter, apporte América Economía.

Le noble esprit du sport flotte sur le Mondial 2014, certes, mais enfin on n'est pas là que pour la beauté du geste. C'est ce qu'a laissé entendre la FIFA au Brésil: certaines lois risqueraient d'augmenter les coûts, enfin pour ce que je comprends plutôt de réduire les bénéfices, sans compter que la protection des marques et des sponsors ne serait pas bien assurée, bref, ça ne va pas DU TOUT, changez-moi tout ça.

Dans le collimateur de la FIFA, les lois qui garantissent des places à prix réduits aux jeunes et aux personnes du troisième âge (réduction de 50% pour les seniors), quel que soit le spectacle ou l'événement organisé dans le pays. Mais vous n'y pensez pas, obliger à vendre des places de Mondial à prix réduit. Aucun pays ne fait ça (je n'en sais rien, j'extrapole l'argumentation). Et puis, toutes ces limitations que vous avez sur la vente d'alcool, eh bien ça va limiter les ventes d'alcool, pour sûr, donc les bénéfices. Ca ne va pas être possible, Budweiser fait partie des sponsors, tout de même.

Et puis cette "loi sur le Mondial" débattue actuellement au Congrès, ça ne va pas non plus. N'infliger que de trois mois à deux ans de prison, ou une amende, à ceux qui vendraient de la marchandise pirate ou violeraient le droit des marques, vous comprenez, c'est insuffisant pour protéger les bénéfices de ces compagnies. Adidas fait partie des sponsors, tout de même (et Sony, et McDonald's, et Coca Cola, et Visa, et d'autres, et tous les fabricants de maillots, de chaussures, et d'équipements divers).

Franchement. Il y a des priorités à établir, quand on est présidente d'un si grand pays. La souveraineté nationale ne devrait pas primer sur le droit des multinationales à empocher de susbanstiels bénéfices.

Dilma Roussef devrait donc rencontrer demain Joseph Blatter pour discuter de ces points d'achoppement, mais elle a déjà fait savoir qu'elle ne toucherait ni au Statut des Personnes du Troisième Age, ni aux lois de protection du consommateur. Retourne jouer à la baballe sur ton terrain, mon gars.

Et le plus drôle, c'est qu'en 2016 Rio de Janeiro accueillera les Jeux Olympiques. Rebelote en perspective, avec le Comité International Olympique à la place de la FIFA.